Sommaire  Le temps de Schickhardt I  Sa vie en bref I Les séjours montbéliardais I Bibliographie

Que reste-t-il de son œuvre dans le Pays de Montbéliard ?

Malgré les nombreuses destructions dues aux guerres, aux calamités naturelles, à la vétusté, aux progrès techniques, l’œuvre de l’architecte wurtembergeois reste très présente, à Montbéliard principalement.

- Les vestiges architecturaux et urbanistiques
Ils sont intégrés dans un circuit urbain intitulé « Schickhardt et son temps ».Ce sont :
Photos L’église luthérienne (ou temple) Saint-Martin. Construite de 1601 à 1607, elle s'inspire de l’architecture italienne du cinquecento (ordre colossal toscan) et de la basilique antique vitruvienne dont elle adopte le plan et le rythme.
 Photos Le logis des gentilshommes (ou hôtel du Bailli) au château (1595-1597). Antérieur aux voyages en Italie, l’édifice est caractéristique de la Renaissance souabe.
Photos La machine hydraulique, édifiée en 1595 alimentait le château en eau. Il n’en subsiste que le puits en contrebas, et deux conduits verticaux qui abritaient les tuyaux.
    Photos La Souaberie : ferme modèle tenue par des agriculteurs souabes. Schickhardt participa à sa construction de 1599 à 1602. Seul vestige, le corps de logis
 Saint-Martin en photos Le collège universitaire : construit de 1598 à 1607 sur le modèle du collegium illustre de Tübingen. Il n’en reste qu’une partie de l’aile nord. Les autres bâtiments ont été rasés lors de la construction de l'église Saint-Maimboeuf.
 Saint-Martin en photos Le faubourg de Besançon ou Neuveville : quartier de plan orthogonal, aménagé de 1598 à 1608.